Informations médicales et scientifiques
Articles de journaux et revues

CAS ou Contrat d’Accès aux Soins

Dorénavant les mutuelles rembourseront très peu les dépassements d’honoraires, même si vous cotisiez pour un remboursement en frais réels.

Pour preuve l’expérience   d’Isabelle de Lyon sur son BLOG

L’article est long, mais très instructif !!!

La protection universelle maladie (PUMA)

 

La protection universelle maladie (PUMA)

La PUMA simplifie l’accès à l’Assurance Maladie en garantissant un droit à la prise en charge des frais de santé à titre personnel et de manière continue tout au long de la vie de l’assuré social. Elle est une des principales mesures de la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) 2016, et est entrée en vigueur au 1er janvier 2016.

Cette réforme réduit au strict nécessaire les démarches administratives et garantit davantage d’autonomie et de confidentialité à tous les assurés dans la prise en charge de leurs frais de santé.

Des droits ouverts à tous ceux qui résident de manière stable et régulière sur le territoire français

Désormais, tous les assurés qui travaillent ou résident en France plus de 3 mois ont droit à la prise en charge de leurs soins.

Les conditions requises sont simplifiées : l’assuré a droit à la prise en charge des frais de santé dès sa 1ère heure de travail. A défaut, il devra justifier d’une condition de résidence minimale de 3 mois.

  • L’assuré n’est plus sollicité pour fournir des justificatifs pour prolonger ses droits
  • L’assuré peut rester dans son régime d’Assurance Maladie en cas de perte d’activité ou de changement de situation personnelle.

Les situations de ruptures de droits sont ainsi évitées.

Des contrôles seront cependant réalisés a posteriori pour vérifier que les personnes, qui ne travaillent pas mais qui remplissent la condition de résidence minimale de 3 mois, résident bien de manière stable et régulière en France plus de six mois par an.

Couverture maladie universelle (CMU) et aide médicale de l’état (AME) : quels changements ?

Dans la mesure où toutes les personnes qui travaillent ou résident en France de manière stable et régulière sont désormais couvertes par l’Assurance Maladie – soit au titre de leur activité professionnelle, soit au titre de leur résidence – le dispositif de la CMU de base n’a plus de raison d’être et est donc supprimé.

La couverture maladie universelle de base (CMU-B) ne doit pas être confondue avec la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). En effet, PUMA n’intervenant que pour la prise en charge des frais de santé qui relèvent de l’Assurance Maladie obligatoire, celle-ci n’a aucun impact sur la CMU complémentaire, qui continue donc d’exister.

Pas de changement non plus pour l’aide médicale de l’état (AME) qui subsiste, cette protection santé s’adressant aux étrangers en situation irrégulière.

La suppression progressive du statut d’ayant droit : l’individualisation et l’autonomisation de la gestion des droits

Avec la protection universelle maladie, tous les adultes deviendront des assurés à part entière. Pour les plus de 18 ans, la notion d’ayant droit disparaît. Chaque assuré majeur aura donc son propre compte d’assuré social, son propre décompte de remboursement et pourra percevoir ses remboursements sur son propre compte bancaire.

La simplification des démarches en cas de changement d’activité professionnelle, ou de déménagement

Si certaines démarches sont maintenues, lorsque les personnes déménagent ou changent de régime d’activité, elles sont radicalement simplifiées et leur délai de mise en œuvre sera fortement réduit. L’objectif est de réaliser ces changements « en quelques clics ». Par exemple, il suffira de signaler son changement d’adresse sur ameli.fr ou mon.service-public.fr.

Enfin, pour faciliter la prise en charge des soins des enfants vivant dans des familles séparées ou recomposées, les parents pourront demander une carte vitale pour leur enfant à partir de 12 ans.

 

PUMA garantit donc un accès simplifié à la prise en charge des frais de santé.

Concernant la couverture complémentaire des dépenses de santé, l’Assurance Maladie propose aux personnes sous condition de revenus la CMUc (Couverture Maladie Universelle Complémentaire) et l’ACS (Aide au paiement d’une Complémentaire Santé).

Pour plus d’information sur la Protection Universelle MAladie (PUMA) et les démarches à réaliser, vous pouvez consulter le site www.ameli.fr

 

 

 

 

Le droit à l’oubli

Des cancers et l’hépatite C concernés par le droit à l’oubli

Marisol Touraine a annoncé que les cancers du sein, du testicule, de l’utérus et de la thyroïde et le mélanome de la peau entreront dans le dispositif.

SOURCE AFP

Publié le 04/02/2016 Le Point.fr

 

 

 

Le « droit à l’oubli » doit permettre à d’ex-malades d’avoir accès aux assurances et prêts sans surprime. Effacer son passé médical pour pouvoir avancer. Marisol Touraine annonce que ce droit à l’oubli va pouvoir s’appliquer à cinq types de cancers et à l’hépatite C.  « Cinq catégories de cancers sont concernés : le cancer du sein, le cancer du testicule, le mélanome de la peau, le cancer de l’utérus et le cancer de la thyroïde », a-t-elle précisé sur iTélé.

Une grille, qui doit être présentée jeudi, va définir à l’intérieur de ces grandes catégories quels types précis de cancers seront concernés par ce dispositif prévu dans la nouvelle loi de modernisation du système de santé. Le « délai maximal sera de 10 ans » après la fin des traitements, sans rechute, mais pourra également être inférieur (1 an, 3 ans, 6 ou 7 ans), a-t-elle ajouté.

Les assurances partie prenante

Marisol Touraine a cité l’exemple de « certains cancers du sein »: « au bout d’un an, à la fin des traitements, et sans rechute, on pourra aller dans une banque, avoir un prêt, et ne plus avoir à payer de surprime ou de taux plus élevé ». « C’est une avancée considérable », a-t-elle souligné. Le « droit à l’oubli » pourra également s’appliquer à d’anciens malades de l’hépatite C qui peuvent maintenant guérir et qui pourront « après la fin des traitements et sans rechute, au bout d’un peu moins d’un an (…), avoir un prêt au même prix que les autres, au même taux », selon la ministre.

Marisol Touraine a précisé que les assureurs avaient été partie prenante dans les discussions de travail, qui ont réuni également des experts et des patients. La loi de modernisation du système de santé, qui vient d’être promulguée, prévoit un délai maximal de 10 ans pour accorder le « droit à l’oubli » aux ex-malades adultes du cancer. Pour les mineurs, le délai maximal est de cinq ans au maximum après la fin des traitements.

 

Radiothérapie per opératoire: cancer du sein

Intrabeam : la radiothérapie per-opératoire pour traiter le cancer du sein 

L’INTRABEAM est un équipement de dernière génération principalement utilisé dans le traitement du cancer du sein. Cet appareil permet, pendant l’opération, de délivrer une irradiation unique juste après l’enlèvement de la tumeur. Elle est réalisée avec une dose unique élevée sur une zone à fort potentiel de récidive, tout en épargnant les organes à risque.

 Troquer 30 séances de rayons contre une seule irradiation

  Cette approche thérapeutique remplace, avec une seule irradiation, les nombreuses séances (près d’une trentaine) de radiothérapie post-chirurgie. Cet appareil se positionne en alternative au traitement classique par radiothérapie externe. Elle permet donc un traitement en douceur et efficace. L’intérêt de la technique est le ciblage du lit tumoral et la diminution de la contrainte liée au traitement.

Technique et principe de l’Intrabeam

La  radiothérapie per-opératoire est appliquée au moyen d’un accélérateur mobile à l’aspect d’une sphère fixée au bout d’un bras articulé. Posé dans le sein ouvert dès l’opération d’ablation de la tumeur, il irradie à haute dose la zone concernée, limitant le plus tôt possible la propagation cancéreuse. L’irradiation se fait ainsi de l’intérieur, pour plus de précision. Le traitement s’effectue dans le bloc et dans le même temps opératoire, ce qui évite d’avoir à transporter le patient dans une unité de radiothérapie.

Cette radiothérapie per-opératoire ciblée s’est montrée aussi efficace que la radiothérapie externe en prévention des récidives du cancer du sein. En effet, en irradiant à l’intérieur du sein dès l’ablation de la tumeur, on limite le plus tôt possible le risque de développement des cellules cancéreuses autour. Et c’est essentiel : dans 80 à 85 % des cas, la récidive est observée sur cette zone opératoire.

 Quelles sont les patientes qui vont pouvoir bénéficier de cette radiothérapie per-opératoire ?

  La radiothérapie per-opératoire est réservée aux patientes de plus de 60 ans ayant un cancer du sein dont le risque de récidive reste modéré. Ce pronostic se base sur différentes critères dont la taille de la tumeur, les résultats de la biopsie, la présence de récepteurs hormonaux, l’envahissement ganglionnaire…

 Quels sont les domaines dans lesquels la radiothérapie per-opératoire est amenée à se développer ?

  La radiothérapie per-opératoire par intrabeam est pour l’instant réservée au traitement du cancer du sein. Cependant, des voies de recherche nouvelles seront explorées dans le service de radiothérapie, avec des applications possibles de la machine dans les domaines des cancers gynécologiques, urologiques et neurologiques.

 Quels sont Les avantages de la radiothérapie per-opératoire ?

  La radiothérapie per-opératoire du sein réalisée en une séance unique présente plusieurs points d’intérêt :

  • une irradiation dans le même temps que la chirurgie,
  • une optimisation de la précision de l’irradiation des berges chirurgicales,
  • une dose aux organes sains réduite par rapport au traitement standard (diminution du risque de co-morbidités et de toxicité tardive),
  • aucun déplacement supplémentaire pour les patientes (versus 3 à 6 semaines de radiothérapie),

et un impact radiobiologique probable sur la cinétique des cellules résiduelles du lit opératoire.

 

 

Service de gynécologie obstétrique – Hôpital Nord

Service de radiothérapie – Hôpital de la Timone – Hôpital Nord

Intrabeam : un équipement de pointe pour lutter contre le cancer du sein (reportage, 2 min)

 

Plan cancer 2014-2019

plan_cancer_2014-2019-pnrt