parkinson2013 une année difficile, l’état de santé de Marie Claude se dégrade progressivement : perte d’autonomie, perte d’appétit…

Le verdict tombe: Maladie de Parkinson .

Dominique fait des recherches et nous parle de cette maladie. aujourd’hui Marie Claude va bien avec un traitement adapté, un suivi: elle participe activement aux ateliers dont celui d’ expression scénique.

La maladie de Parkinson est une maladie neurologique chronique dégénérative (perte progressive des neurones) affectant le système nerveux central. Or les cellules de cette zone du cerveau produisent de la dopamine qui permet le contrôle des mouvements, mais agit aussi sur la sensation de plaisir et de désir.
Symptômes
Ce sont donc des troubles moteurs qui apparaissent au début de la maladie : difficulté pour s’habiller, gestes rigides, saccadés et incontrôlables, tremblements, perte d’équilibre. La marche est lente, le visage impassible. Ces premiers symptômes s’accompagnent de la perte du goût et de l’odorat, de troubles de la déglutition. Une constipation peut s’installer. L’autonomie du malade devient difficile à préserver. Peu à peu apparaît un syndrome dépressif, le sujet est prostré et abattu.
On peut facilement confondre ces troubles avec le vieillissement normal de la personne. Or il est tout à fait primordial de poser un diagnostic précoce de la maladie de Parkinson.
Cette pathologie apparaît généralement entre 60 et 70 ans, et ses causes sont encore mal connues. Il semblerait toutefois qu’elles tiennent à la fois à des facteurs génétiques, environnementaux et héréditaires. C’est la deuxième cause de handicap moteur majeur chez les sujets âgés après les accidents vasculaires cérébraux.
En France, 150 000 personnes sont atteintes de la maladie de Parkinson et 14 000 nouveaux cas sont découverts par an.

Le diagnostic
Le diagnostic de maladie de Parkinson est habituellement clinique. En théorie, la certitude du diagnostic n’est obtenue que par l’étude histologique du cerveau mais les critères diagnostiques actuellement définis permettent de faire le diagnostic sans trop de difficultés.
Le scanner cérébral et l’imagerie par résonance magnétique sont normaux mais permettent d’éliminer d’autres maladies pouvant avoir des signes proches.
Une scintigraphie cérébrale (DATscan) permettrait de montrer l’atteinte du striatum33.
Impact sur l’entourage de la personne malade en France :
Le conjoint d’une personne atteinte de la maladie de Parkinson lui consacre en moyenne 8 heures par jour.
52 % des conjoints de personne souffrant de la maladie de Parkinson limitent les sorties du domicile sans le patient.
46 % ont recours à une aide à domicile.
Médicaments
Pour l’humain, il n’existe pas à l’heure actuelle de traitement curatif de la maladie. Les traitements médicamenteux restent donc aujourd’hui encore purement symptomatiques, c’est à dire agissant sur les symptômes moteurs et non-moteurs. Ils ont souvent des effets secondaires invalidants (insomnies, fatigue, douleur, hallucinations).
Mesures diététiques, activité physique,rééducation orthophonique
Des mesures diététiques doivent être prises pour vérifier que le malade se nourrit suffisament, et de façon équilibrée. Il est souhaitable qu’il pratique régulièrement un exercice physique pour maintenir l’équilibre et la mobilité.
Une rééducation orthophonique est parfois nécessaire, elle doit être prescrite rapidement.